dimanche 24 juin 2012

Des legos "Aiglons" !

Vous connaissez les legos Star Wars, Harry Potter, Seigneur des Anneaux, Indiana Jones, etc ? Et bien, grâce à un lecteur des Yeux de l'Aigle (pas n'importe lequel, puisqu'il avait inspiré le personnage de Boussole), j'ai découvert les legos "Aiglons" ^^

L'image est un peu floue mais j'adore les voix, les changements de plans, et tout et tout. Voilà un extrait :

video



Je suis toute émue (et aussi morte de rire, j'avoue). 
C'est génial ! J'adore !

MERCI MATTIA !

samedi 23 juin 2012

Quand il n'y en a plus...

... Il y en a encore ! 
Ben, oui, vous connaissez, hein.

De quoi est-ce que je parle ? Eh bien de mes textes sous le coude. Parce que voilà, après mes sauts en hauteur divers et variés au sujet d'Ascenseur pour le Futur, je laisse reposer le texte un petit peu avant d'y apporter les corrections de forme qui vont bien. 

Je devrais (si tout va bien) attaquer les corrections du tome 4 des fedeylins la semaine prochaine.

Donc, cette semaine, je n'avais rien sur le feu. J'ai tenté de bouquiner un peu (mais tout m'énervait). Je tournais en rond (vous me direz, j'aurais pu faire mon ménage, hein, ça n'aurait pas été du luxe). Bref, il n'y avait rien qui allait.
La raison était toute simple : j'avais besoin d'écrire. Mais je ne savais pas quoi.

Un truc court, forcément, pour ne pas me lancer dans une saga en quinze tomes alors que je n'avais qu'une semaine de battement...

Au final, j'ai fait un brainstorming avec mes enfants (enfin, les deux plus grands). Et je me suis rendu compte que mon Loustic (7 ans) n'avait toujours rien lu de moi (on a essayé les Aiglons ensemble, mais il ne lit pas encore très bien et, du coup, c'était trop difficile). En plus, il n'aime que le foot, cet enfant. 
Nous avons donc lancé des idées pour voir ce qui pourrait lui plaire... un embryon d'histoire est né sur mon canapé pendant un chouette câlin.

Ensuite, j'ai développé l'histoire, les personnages, etc. Je voulais faire court (genre 5 ou 6 000 signes pour ceux qui voient ce que ça peut donner) pour m'orienter vers quelque chose qui pourrait (éventuellement) devenir un album (ou s'intégrer dans mon projet des "Contes de salle de bain", au pire).

Je viens de terminer le premier jet. Au final, j'ai dans les 15 000 signes. C'est terrible, je n'arrive pas à faire court ! 
En plus, de nombreux mots sont trop compliqués (j'estime qu'il ne faut pas tirer les jeunes lecteurs vers le bas, et qu'on peut en profiter pour développer le vocabulaire au passage, mais il ne faut pas qu'ils buttent sur tous les mots, non plus, hein).
Bref, il va falloir que je corrige tout ça.

Pour l'instant, on attaque la phase de lecture à haute voix (à 3) pour tester l'histoire. Je corrigerai plus tard.

En l'état, ça s’oriente davantage vers un format "J'aime Lire" que vers un album (ça tombe bien, publier une histoire dans "J'aime Lire" est l'un de mes buts ultimes d'écrivain vu que c'était à peu près le seul truc que je lisais quand j'étais gamine ^^).

Comment ça s'appelle ? "Le génie du ballon".
De quoi ça parle ? D'un petit garçon qui trouve un ballon de foot magique dans lequel se trouve un génie... pas vraiment sympa !

Ça m'a beaucoup amusé et je sais déjà que je défendrai cette petite histoire avec plaisir !




mercredi 20 juin 2012

[Lecture] L'enjeu, Les Soleils de Siàm T1, Laurent Luna


Résumé (4ème de couv') : "Une lance de flammes arracha un cri à Lorelei. Mâchoires crispées, elle ferma les yeux. Lorsqu'elle les rouvrit, un géant à la peau noire la contemplait, posté devant la haie. Ses grandes ailes sombres se déployèrent. Et le temps qu'elle cligne des yeux, il était là, près d'elle, accroupi. Il lui saisit le poignet, y glissa un bracelet bleu, large et lourd, dont elle distingua à peine la forme. La dernière chose qu'elle vit avant de sombrer dans l'inconscience furent les dents du bonheur de l'ange noir qui lui souriait." 

Mon avis : Il m'a fallu une centaine de pages pour entrer dans l'histoire. Après, j'ai bien accroché à l'idée (et au rendu) des apparences trompeuses (ce qui existe dans notre monde se transpose à l'opposé dans le monde de Siàm... quelqu'un de très faible - comme l'héroïne, Loreleï - pourrait être extrêmement fort s'il passait du côté de Siàm) et la lutte entre les anges pour rallier cette héroïne à leur camp (blancs, noirs, gentils, méchants... mais du coup, sont ils l'opposé de ce à quoi ils ressemblent ?).
Les bases d'une intéressante trilogie sont posées !
Par contre, je n'ai pas réussi à quitter mon œil de bêta-lectrice et j'aurais eu beaucoup de petites choses à dire...

[Bonus : un clin d’œil aux fedeylins ! Si, si ! Page 146 pour les curieux. Bon, c'est un peu de la science-fiction de voir mon roman cité comme lu par une héroïne qui vit aux États-Unis, mais c'est quand même sympa]

vendredi 15 juin 2012

Toujours plus loin, toujours plus haut

Quand on termine un roman et qu'on décide de demander à des bêta-lecteurs de se pencher dessus, c'est un peu comme si on devenait un sauteur en hauteur. On prend son élan, on court, on saute... et là, tandis qu'on opère la fameuse torsion du dos, le temps se suspend. L'attente commence.

Est-ce qu'on va se vautrer n'importe comment sur le tapis ? Est-ce qu'on va heurter la barre ? La faire tomber ? Est-ce qu'on va passer tout juste en frôlant la barre ? La faire bouger, et retenir notre souffle pour ne pas qu'elle tombe ?

En une fraction de seconde imaginaire (qui dure plusieurs jours/semaines/mois dans la réalité), tout est possible.

Aujourd'hui, je vous parle d'Ascenseur pour le Futur :

J'avais eu un premier retour (très) positif samedi dernier, et je viens de recevoir le deuxième avis que j'attendais.

Verdict ? Youhou ! Non seulement je passe la barre, mais au moins deux mètres au dessus ! Record personnel explosé !

Je me réceptionne sur le tapis d'une habile roulade, me redresse face au public qui m'acclame, et embrasse mes doigts pour envoyer des bisous en faisant le "V" de la victoire, les bras écartés.

Ouais.

Au moins.

C'est une sensation grisante que je ressens pour la première fois. J'espère que ce n'est pas la dernière ^^.

Et oui, parce que le problème du saut en hauteur... c'est que, à l'essai d'après, on essaye de franchir quelques centimètres de plus.

Histoire d'exploser un nouveau record !

10 minutes avec moi...

Je vous manque ? Alors je vous propose de passer dix minutes avec moi, devant le Magic Mirror des Imaginales, au bord de la Moselle (à Epinal). J'y parle des Fedeylins, bien sûr, de mon travail avec CoCyclics, des Yeux de l'Aigle, d'Ascenseur pour le Futur... Hop, c'est là !

[Attention, spoiler sur les 2 premiers tomes des Fedeylins !] 


mercredi 6 juin 2012

Beaucoup d'émotions aux Imaginales !


Il s'agissait de ma seconde participation aux Imaginales en tant qu'auteur. L'année dernière, j'avais l'impression de devoir faire mes preuves (après tout, je n'avais que mon tome 1 des fedeylins devant moi) et j'avais été surprise (en bien) de l'accueil chaleureux des autres auteurs : pour eux, si j'étais de ce côté de la table, c'est que je le méritais. Cette année, plus besoin de m'intégrer : je fais déjà partie de cette grande famille !
C'est une sensation incroyable, de se retrouver au milieu de tous ces auteurs reconnus, et d'être considérée comme une collègue. Je me suis même parfois sentie la reine du monde, quand des lecteurs venaient me faire signer non pas un tome, mais trois d'un coup !

J'ai eu le plaisir de rencontrer une partie des collégiens, professeurs et documentalistes qui s'étaient penchés sur "Les Rives du Monde" dans le cadre du PIC (Prix Imaginales des Collégiens). C'était très sympa. J'ai particulièrement apprécié les relations entre auteurs nominés : nous étions tous très heureux pour Charlotte Bousquet, qui a remporté le prix avec "Nuit Tatouée" et il y a eu beaucoup d'émotion lorsque nous sommes venus l'applaudir quand les collégiens lui ont remis le livre d'or confectionné autour de son roman.

D'autres émotions, différentes, lors du speed-dating de cette année : comme l'année dernière, j'étais près des candidats pour les rassurer et leur faire part de ma propre expérience, qui remonte à ma première venue aux Imaginales en 2009. Je me suis pris de plein fouet leur stress avant, leur sourire après, les quelques larmes quand la pression est trop forte, ou quand la conversation avec l'un des éditeur décourage, les petites phrases à l'air de grands coups de pieds pour ouvrir les portes ("il m'a donné sa carte !" "je dois lui envoyer le manuscrit complet !"). J'ai aimé être là pour voir ça.


 
Je suis aussi passée par tous les états durant le salon, à propos de mes Aiglons ! Le premier tome des Yeux de l'Aigle, à peine sortit, devait être là... mais il n'y était pas. Après avoir espéré, puis désespéré, les exemplaires sont finalement arrivés samedi après-midi (ce qui est mieux que pas du tout). Les aléas des salons ! Mais l'émotion à laquelle je ne m'attendais pas, c'est découvrir "en vrai" les lecteurs de cette trilogie. Autant, des adultes qui l'achetaient pour eux ou pour offrir, j'en avais déjà vu, autant quand un garçon de 9 ans s'arrête, bloque sur la couverture, m'entends expliquer l'histoire en 3 mots, et file chercher son papa pour le convaincre à son tour, c'est fort ! J'ai même eu un lecteur qui l'a commencé pendant le salon et est revenu m'en parler plus tard... j'adore !

Et puis, il y a les fous-rires. J'ai été bien entourée, cette année ! A ma gauche : Muriel Zürcher et Emmanuelle Nuncq. A ma droite, Eli Anderson, MaryJanice Davidson et Mercedes Lackey. Eh bien, ce n'était pas triste !!! C'est un plaisir de découvrir d'aussi belles personnes.

J'ai également croisé des auteurs que je connais déjà, avec qui je garde le contact via le net, mais que je retrouve avec plaisir au détour d'un salon pour échanger quelques mots. Même si nous n'avons jamais assez de temps pour discuter...

Sans oublier, bien sûr, mes chères grenouilles de CoCyclics ! L'occasion de trinquer pour annoncer mon départ de la permanence du forum... car d'autres aventures m'attendent !